Stress post traumatique

Etat de stress post traumatique

L’état de stress post traumatique est un ensemble de signes qui apparaissent après une ou plusieurs expositions à un évènement traumatique.

Un traumatisme psychique vient à la suite d’un effroi (peur très intense) et d’une confrontation à la mort (physique ou psychique) de soi, d’un proche ou d’avoir été témoin de; ou alors d’une atteinte à l’intégrité physique (viol, torture….).

Un ESPT peut se résoudre en moins de 3 mois si le contexte est favorable (absence de maladie avant, présence de proches, environnement social, sentiment d’efficacité personnelle….), persister plus de 3 mois ou survenir plusieurs mois voire des années après l’évènement (un évènement même anodin en apparence peut réveiller quelque chose).

Stress post-traumatique

Vous avec sophrologie et psychothérapie : le trio pour enfin vivre bien.

Le sophrologue ne posera pas le diagnostic mais, s’il y a doute, invitera la personne à consulter un psychiatre et/ou psychologue ; ceci dans le but d’établir un protocole de travail adapté.
La sophrologie :

  1. Les exercices de libération des tensions, de respiration dans un premier temps permettent de passer de l’hypervigilance physique au relâchement progressif et de calmer l’agitation psychique.
    Le cerveau est comme un radar qui tourne sans cesse dès que le contexte rappelle de près ou de loin l’évènement traumatique. Il guette l’apparition d’une menace ou film de menace et tient le corps en alerte : épuisement, malaises...
  2. Gestion de vos émotions par la respiration et l’attention douce au corps. Apprendre à écouter les manifestations corporelles de la colère, la rage, etc… comme des indicatrices du chemin vers le mieux au lieu de les renvoyer d’où elles viennent ou de les entasser. Ce qui conduit immanquablement au mal-être voire l’angoisse. Accueillir la tristesse, la colère, la peur... dans le corps et exprimer le plus librement possible par des mots, des dessins...
  3. Visualisation en état modifié de conscience d'actes de réparation, détachement...

L’intention est de libérer les émotions et de sortir grandi, pas d’oublier (vous y penserez de moins en moins et sans émotions vives).

Le psychologue, psychothérapeute de votre choix vous guidera

Psychothérapie : n’étant ni psychologue ni psychothérapeute mais simplement pourvue d’une expérience en santé psychique, je mentionnerais à titre d’information simple que la thérapie pourrait consister en un travail avec vos émotions ainsi que le repérage de troubles associés.

Le psychologue, psychothérapeute de votre choix vous guidera.

Pour avoir vécu le trouble et l'avoir accompagné, il me semble que le chemin passe par :

  • le diagnostic: parfois établi sous plusieurs mois
  • la thérapie
  • parfois la rechute suite à un évènement anodin qui signifie que le trauma est toujours actif. Donc, nécessité à nouveau d'un travail avec les émotions
  • et enfin le mieux renforcé. Lorsque vous parlez de l'évènement: pas de stress à gérer, pas d'émotion compliquée.

Vous en sortirez grandi(e) même si une fragilité peut persister.