Trouble Obsessionnel Compulsif

Le Trouble Obsessionnel Compulsif

Est un ensemble d’idées, pensées, images, désirs compulsifs ( ne peut se retenir) répétitifs qui amènent à des actes que l’individu se sent obligé de faire tout en sachant que ça n’a pas de sens.
La compulsion peut être un acte mental dont vous avez conscience ou non comme le besoin de répéter une phrase suite à des pensées étiquetées  « mauvaises ».
Ici ce n’est pas un délire, la sophrologie étant contre-indiquée pour les personnes délirantes.

Différences entre marotte et toc

Là, c’est normal

Là, pas sûr ?!

Marotte ?
Toc ?
Une idée fixe, un soucis qui s’impose mais qui finit par passer avec le temps ou parce que le contexte change.Les mêmes pensées reviennent inlassablement depuis quelques temps ou plus, quel que soit le contexte.
Cette pensée ou acte vous agace mais pas d’angoisse qui oblige à…La pensée est angoissante et vous contrôle (vous oblige à). Impossible de passer outre.
Une fois que la tâche est terminée j’y reviens parfois une fois.Je ne peux m’empêcher de vérifier, revérifier x fois à chaque fois.
Si vous ne pouvez pas remettre les choses à leur place rapidement cela vous contrarie un peu… ou davantage mais vous vous raisonnez sans effort énormeLes étapes d’une tâche ou d’un moment simple doivent être faites dans un ordre bien précis sous peine de grosse angoisse ou d’agressivité envers celui qui l’empêche

Botter en touche quelques manies ou apprivoiser le toc

Laisser de côté les petites manies (commencer petit pour gagner en confiance)

Donner de la place à l’imprévu, le « pas logique ». Assouplir un peu le fonctionnement mental et observer les bénéfices même petits

Savoir que le risque zéro n’existe pas quoique qu’il en soit. C’est la vie !

Rire de vos imperfections en vous disant peut-être « Tiens, t’es encore là toi ! » lorsqu’une idée fixe ou manie vous irrite. Ne pas laisser monter l’émotion mais la gérer, l’apprivoiser avec l’humour.

Et souvenez-vous que rien n’est petit quand il s’agit de progresser. C’est de la bienveillance pour soi.

L’accompagnement sophrologique est parfois complété par une aide psychologique et/ou médicamenteuse.
L’entrainement sophrologique potentialisera les effets du traitement.

En l’absence de suivi, le sophrologue demandera expressément l’avis d’un psychiatre ou d’un psychologue dans le soucis d’un accompagnement de qualité.

Sophrologie et trouble obsessionnel compulsif

Pendant la séance proprement dite (après l’échange de début et avant la verbalisation de fin), le sophrologue induira des éléments positifs (tirés du dialogue précédent) en vue d’aider la personne à trouver, laisser émerger ses solutions.
Il s’agit ici plus de sophro-thérapie que de sophrologie classique.

Trucs sophro

RES   PI   RER !

R E S P I R E R
  • Mieux vous oxygénez mieux votre cerveau mieux il fonctionne.
  • Les exercices de respirations permettent de gérer progressivement l’anxiété ou l’angoisse, physiquement, mentalement (les pensées) et émotionnellement.
  • Vous activez la conscience du positif que vous vivez ici et maintenant. C’est plus clair, plus fort ….. Votre mémoire s’en trouve stimulée : vous sous souviendrez plus spontanément (sans effort) de ce bon moment. C’est une sorte de reprogrammation positive.

Sophrologie pour... quoi ?

R E S P I R E R

1 – Exercices de relaxation dynamique

Relaxation et dynamique, ça ne va pas ensemble ?! Permettez, petite explication.
Le but n’est pas de se détendre mais, par des mouvements de libérer votre corps de tout ce qui l’entrave et uniquement de ce qui l’entrave. Sentir que votre corps peut, être et faire autrement.
Puis accueillir ce qui est là (sensations : chaud, froid, léger, lourd……) dans votre corps, trouver vos mots pour libérer davantage les maux et prendre conscience de ce que vous signalent ces tensions inutiles (gestion des émotions)
La présence du corps fait contre-poids au bavardage excessif et insécurisant du mental (obsessions, pensées angoissantes) en vue d’une harmonisation.

2 – Approche comportementale

Ici et maintenant se concentrer, en état modifié de conscience (entre veille et sommeil, bien conscient-acteur) , sur son propre comportement futur en relation avec son cadre de vie et sa propre histoire.
Relâchement des tensions , baisse de la vigilance (en excès) pour une visualisation futur sécurisante d’une situation un peu problématique à progressivement davantage.

3 – Valorisation des résultats et mémorisation

"Si le TOC est associé à un délire, la sophrologie est contre-indiquée."