Je vais bien. Que pourrait m’apporter la pratique de la sophrologie ou d’une méthode similaire (yoga , qi-chong, taï-chi, reïki, …) ?

Vous est-il arrivé de vous dire que tout va plutôt bien mais de sentir que quelque chose cloche ? Que ce bien est bancal, fragile ?
Pratiquer la sophrologie amène à renforcer le positif donc automatiquement à éclaircir les zones d’ombres, à cesser de se mentir à soi-même. Et si cette impression de « bancal, fragile »venait d’un manque d’honnêteté envers soi ?
Certes le bancal peut-être relativement confortable, mais jusqu’à quand ? Se contenter de ce confort relatif évite de se poser les questions qui dérangent, qui viendraient déstabiliser le fragile. Alors on fait avec, on ferme les yeux jusqu’au jour où…….
Comme cette personne très (trop) active et qui y prenait un certain plaisir mais cette quête de ce plaisir relatif était là pour masquer une conjugopathie trop difficile à admettre. Un jour, par un malaise, son corps a dit STOP !
Ecouter son corps amène clairement mais en douceur à prendre conscience  de ce qui ne va pas, donc à respecter ses limites mais aussi de ce qui va réellement (ses ressources) et de les mettre à contribution . Tout devient plus claire, vous subissez de moins en moins et retrouvez un sentiment de vraie efficacité personnelle.